Le dictionnaire de l’Académie française de 1835 cite cette expression qu’il définit ainsi : «Souhait qu’on adresse à quelqu’un qui mange ou qui va manger». Même chose dans l’édition de 1932.

En fait, depuis le XIXe siècle, “Bon appétit” devient une expression assez familière, si l’on en croit les traces écrites de l’époque. On lit dans le Littré, Dictionnaire de la langue française (1872-77) qui se veut plus accessible que celui de l’Académie : «Bon appétit : formule dont on se sert en parlant à quelqu’un qui va manger». 

Mais dans les faits, même si “appétit” signifie “désir”, il n’empêche que souhaiter un “bon appétit” équivaut à souhaiter “un bon déroulement gastrique” ou “un bon courage” devant les plats proposés. Dans les deux cas, c’est d’une vulgarité quoi tentera éviter à tout prix.

L’expression est donc à proscrire des maisons de qualité.

Néanmoins, il y a de fortes chances que vous l’entendiez parfois. Evitez alors à tout prix de répondre à l’identique. Un simple “merci” conclusif suffira, et fera comprendre délicatement à votre interlocuteur que vous ne goûtez pas cette expression.